Mercredi 27 mai 2020 | Dernière mise à jour 06:11

Crimes sexuels Toujours plus de migrants agressés

Les délits commis dans les foyers d’asile ont été quantifiés pour la première fois. Les bourreaux sont parfois des employés.

En 2017, les agressions sexuelles perpétrées au sein des hébergements pour requérants ont augmenté dans tous les cantons.

En 2017, les agressions sexuelles perpétrées au sein des hébergements pour requérants ont augmenté dans tous les cantons. Image: Yvain Genevay/LMS

«Maintenir la bonne distance avec les réfugiés est un enjeu constant», déclare Erich Dürst, directeur de l'Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM). (Image: Jean-Guy Python/LMS)

Les chiffres

33

Le nombre d’infractions d’ordre sexuel enregistrées l’an dernier dans les foyers de réfugiés. Dont 8 viols et 6 agressions à l’encontre d’enfants.

813

Le total des délits perpétrés en 2017 au sein des centres de requérants d’asile. Un chiffre qui était 73% plus élevé en 2012 en lien avec le Printemps arabe.

4

Un homicide et trois tentatives ont été signalés l’an dernier. Les dénonciations pour lésions corporelles s’élèvent à 80, les menaces 79 et les violences contre les fonctionnaires 71.

131

Les infractions contre le patrimoine ne sont pas en reste, avec 70 vols et 61 dommages à la propriété.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a un mois, l’Office fédéral de la statistique (OFS) publiait sa compilation annuelle des chiffres de la criminalité, fournis par les polices cantonales. Pour la première fois, le centre s’est intéressé aux infractions perpétrées au sein des foyers de requérants d’asile. Une analyse à laquelle les statisticiens ont pu se livrer sans difficulté à partir des données de 2017, les forces de l’ordre étant parvenues à identifier les lieux où les délits ont été commis dans 90% des cas.

On y apprend que plusieurs centaines de dénonciations pénales sont enregistrées chaque année au sein des structures d’hébergement des migrants (813 l’an dernier), comme l’ont révélé hier nos confrères de la SonntagsZeitung.

La pointe de l’iceberg

En plus de trois tentatives d’homicide, d’un meurtre ou de nombreux cas de lésions corporelles, la statistique de 2017 établit que les agressions sexuelles sont à la hausse, avec 33 cas (dont 6 cas d’enfants abusés et 8 viols). Une augmentation observée dans les centres d’asile de tous les cantons. Le chiffre articulé pour cette catégorie de délits ne serait que la pointe de l’iceberg, à en croire Matthis Schick, cadre à l’Hôpital universitaire de Zurich, qui voit passer de nombreuses victimes de guerre.

Selon lui, «presque toutes les femmes non accompagnées» seraient harcelées ou incommodées, mais rares sont celles qui se décident à dénoncer leurs agresseurs, par peur de représailles, ou en raison de barrières linguistiques voire culturelles.

Dans une récente prise de position traitant de la problématique de la sécurité des requérants au sein des foyers, l’Office cantonal bernois de consultation sur l’asile et l’association Terre des Femmes Suisse affirment que les bourreaux ne sont pas toujours ceux que l’on croit: «La relation de dépendance dans les unités d’hébergement peut également mener à des agressions par les soignants ou des employés du personnel de sécurité.»

«Maintenir la bonne distance avec les réfugiés est un enjeu constant, confie le directeur de l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM), Erich Dürst. Cependant, aucune situation d’agression qui aurait été commise par l’un de nos collaborateurs n’a été portée à ma connaissance.» Une certitude: depuis 2015, le Secrétariat d’État aux migrations a licencié quatre employés des centres fédéraux pour leur «manque de distance professionnelle».

Créé: 30.04.2018, 07h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.