Samedi 16 février 2019 | Dernière mise à jour 09:43

Italie Un trafic illicite d’or piloté depuis la Suisse

La police financière italienne a lancé une opération contre un commerce illicite d’or qui semble être dirigé depuis la Suisse.

L’or et l’argent achetés en Italie ne provenaient pas uniquement des achats illégaux en espèces effectués dans les magasins, mais aussi des achats de bijoux et autres biens précieux volés dans des cambriolages.

L’or et l’argent achetés en Italie ne provenaient pas uniquement des achats illégaux en espèces effectués dans les magasins, mais aussi des achats de bijoux et autres biens précieux volés dans des cambriolages. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police financière italienne a lancé une opération contre un commerce illicite d’or, dirigé depuis la Suisse. Elle a mené plus de 250 perquisitions à travers tout le pays et saisi des biens pour un montant total de 163 millions d’euros (près de 200 millions de francs).

Ce réseau est soupçonné d’association de malfaiteurs en vue de blanchiment d’argent, recel, fraude fiscale et exercice abusif du commerce d’or, ont rapporté jeudi les agences de presse italiennes.

La justice «a ordonné la mise sous séquestre de plus de 500 comptes bancaires afin de bloquer (...) les disponibilités financières des principaux accusés», a indiqué de la police. L’enquête porte sur 118 personnes, précise-t-elle dans un communiqué.

Ramifications en Suisse

Cette organisation était dirigée depuis la Suisse et avait des «branches opérationnelles» en Toscane, en Campanie (la région de Naples) et dans le Piémont. C’est là qu’elle récoltait le métal précieux à travers un réseau dense de magasins d’achat d’or et d’agents actifs dans ce secteur.

Les fonds nécessaires à cette opération «entraient frauduleusement en Italie, en provenance de la Suisse. Ici ils servaient à acheter de l’or et de l’argent, qui sortaient à leur tour frauduleusement du pays pour entrer en Suisse, transformés en lingots», a expliqué le major de police Alessandro Langella.

L’or et l’argent achetés en Italie ne provenaient pas uniquement des achats illégaux en espèces effectués dans les magasins, mais aussi des achats de bijoux et autres biens précieux volés dans des cambriolages, a précisé l’officier de police. Au total, ce réseau aurait blanchi 4500 kilos d’or et 11’000 kilos d’argent seulement cette année.

Les policiers ont également saisi une villa en Toscane, que le réseau utilisait comme «base opérationnelle», protégée et surveillée au point d’être surnommée «Fort Knox» - du nom du dépôt d’or de la Réserve fédérale américaine.

Multiplication des boutiques

Les réseaux criminels brassent des milliards dans la Péninsule grâce à la multiplication des boutiques proposant aux Italiens frappés par la crise d’échanger leur or contre de l’argent sonnant et trébuchant.

«C’est un secteur en pleine expansion pour les organisations criminelles. L’or passé en contrebande inonde le monde entier, notamment des pays où il est échangé contre des armes et de la drogue», expliquait en août Ranieri Razzante, chef de l’AIRA, un organisme de lutte contre le blanchiment d’argent.

Une grande partie de cet or traverse ensuite les Alpes pour arriver en Suisse. Les saisies d’or par les douanes ont bondi de 50%, selon des chiffres officiels, cités au même moment. Les ventes légales d’or italien à la Suisse ont pour leur part atteint les 120 tonnes l’an dernier, contre 73 tonnes en 2010 et 64 tonnes en 2009. (ats/nxp)

Créé: 08.11.2012, 17h05

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.