Jeudi 17 janvier 2019 | Dernière mise à jour 07:19

Santé Le traitement de l'hépatite C remboursé pour 900 malades

L'assurance maladie remboursera trois médicaments de quelque 900 malades du virus.

Une extension de la prise en charge du traitement a été annoncée par l'Office fédéral de la santé publique.

Une extension de la prise en charge du traitement a été annoncée par l'Office fédéral de la santé publique. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Environ 900 malades de l'hépatite C supplémentaires verront leur traitement remboursé. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a décidé d'étendre la couverture par l'assurance maladie dès le 1er août pour trois médicaments de nouvelle génération.

Jusqu'à maintenant, les traitements par les combinaisons Viekirax, Exviera et Olysio n'étaient remboursés que pour les patients souffrant d'une affection à un stade avancé (fibrose de degré 3 ou 4, score Métavir). L'assurance maladie couvrira désormais ces soins pour les malades atteints d'une fibrose de degré 2, a indiqué le lundi 27 juillet l'OFSP, qui affirme suivre les recommandations des experts.

Cette extension de la prise en charge est liée à une baisse du coût des médicaments. L'entreprise Abbvie, qui fabrique Viekirax et Exviera, a accepté la proposition de l'OFSP. Le prix de la thérapie, qui dure généralement 12 semaines, passera de 62'000 francs à 46'000 francs. Olysio, de Janssen-Cilag, se trouvait déjà à un niveau de prix bas.

Niet de Gilead pour l'instant

Le fabricant de Sovaldi et Harvoni, Gilead, n'est par contre pas entré en matière jusqu'à maintenant. Ces deux médicaments ne seront donc remboursés qu'aux patients avec une affection hépatique avancée. L'office fédéral appelle Gilead à revoir sa politique des prix.

En raison des coûts très élevés, la plupart des pays européens ont limité aux patients souffrant de fibroses de degré 3 et 4 l'introduction des nouvelles thérapies pour l'hépatite C. Certains pays ont recours à des budgets globaux pour le traitement.

L'OFSP devra toujours plus souvent faire face à des situations où des médicaments seront remboursés de manière ciblée et échelonnée, affirme-t-il. La baisse de prix consentie pour l'hépatite C permet à l'assurance maladie d'économiser entre 25 et 40 millions de francs par an.

Journée mondiale

La mesure annoncée lundi précède d'un jour la Journée mondiale contre l'hépatite, placée sous le signe d'un meilleur accès aux traitements et d'une meilleure prévention. Quelque 400 millions de personnes dans le monde vivent avec une hépatite virale, et 1,4 million de malades en meurent chaque année.

En Suisse le nombre de décès dépasse celui des morts du sida. Quelque 80'000 personnes ont une hépatite C et 24'000 une hépatite B. Dans bien des cas, l'infection passe inaperçue. Mais vingt à trente ans plus tard, la maladie peut évoluer en cirrhose, voire en cancer du foie. Ces graves affections vont se multiplier ces prochaines années.

Campagne de lutte

Une initiative privée a donc été lancée pour tenter d'éradiquer l'hépatite virale en Suisse d'ici 2030. Un groupe d'experts de plus de 70 personnalités, réunissant des médecins, des représentants des patients, des professionnels du domaine de la santé, des autorités et des représentants des milieux particulièrement touchés, s'engage à ce titre.

Ces milieux profiteront de la journée mondiale pour sensibiliser le public via les médias sociaux et la distribution de prospectus. Intitulés «Hépatite: vous connaissez l'ABC?», ces derniers informent sur les différentes formes de cette inflammation du foie et appellent à se vacciner ainsi qu'à procéder à un dépistage.

Trois types d'hépatite

L'hépatite A se transmet par des aliments et de l'eau contaminés. La variante B passe quant à elle par des liquides organiques comme le sang et les sécrétions génitales, notamment en cas de rapports sexuels non protégés.

L'hépatite C se transmet quant à elle essentiellement par contact avec le sang, par exemple lors de tatouages ou piercings, ou via des seringues non stériles utilisées pour la consommation de drogues.

La stratégie nationale est placée sous la responsabilité du Groupe des experts suisses en hépatites virales, de la Société suisse de gastroentérologie, de l'Association suisse pour l'étude du foie et Société suisse d'infectiologie, du Conseil positif suisse et du programme de santé globale de l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève. (ats/nxp)

Créé: 27.07.2015, 11h17

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.