Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 23:00

Compagnies aériennes Le transport d'étrangers illégaux sera sanctionné

Le Conseil fédéral veut réduire le nombre de demandes d'asile. Dès le mois d'octobre, les compagnies aériennes transportant des étrangers illégaux seront sanctionnées.

Les compagnies aériennes laxistes risqueront désormais des amendes d'au moins 4000 francs par passager illégal, voire 16'000 francs dans les cas graves.

Les compagnies aériennes laxistes risqueront désormais des amendes d'au moins 4000 francs par passager illégal, voire 16'000 francs dans les cas graves. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les compagnies aériennes qui transportent des étrangers sans papiers valables seront sanctionnées dès le 1er octobre 2015. Le Conseil fédéral a mis en vigueur ce mercredi 2 septembre de nouvelles dispositions qui visent à réduire le nombre de demandes d'asile.

Les compagnies aériennes laxistes risqueront désormais des amendes d'au moins 4000 francs par passager illégal, voire 16'000 francs dans les cas graves. Les nouvelles dispositions s'appliqueront aux vols vers la Suisse provenant d'aéroports situés en dehors de l'espace Schengen.

Jusqu'à présent, les autorités devaient prouver que ces entreprises avaient violé leur obligation de contrôle. La révision inverse le fardeau de la preuve: il appartiendra désormais aux compagnies de prouver que leurs passagers sont bien en possession des documents de voyage requis.

Les compagnies aériennes à même de démontrer qu'elles ont pris toutes les mesures d'organisation raisonnables et nécessaires pour éviter de transporter un passager sans les documents requis seront toutefois exemptées d'amende. Idem si la contrefaçon ou la falsification du document n'était pas manifestement décelable ou que la Suisse a malgré tout autorisé l'entrée sur son territoire.

Informations sur les passagers à risque

Les autorités helvétiques pourront en outre mieux s'informer sur les passagers à risque. Sur certains vols, les compagnies transmettent aux autorités chargées du contrôle à la frontière des informations sur l'itinéraire et l'identité de leurs passagers. Ces données sont communiquées sous forme électronique directement après le décollage.

A l'avenir, les autorités chargées du contrôle à la frontière pourront consulter ces informations de manière automatique. Certaines données concernant les documents de voyage utilisés et l'itinéraire emprunté devront en outre être obligatoirement communiqués.

Le Secrétariat d’État aux migrations pourra contraindre une entreprise de transport aérien à lui communiquer les données relatives à certains vols et passagers. En cas de violation non justifiée de cette obligation, elle s'exposera à une amende de 4000 à 12'000 francs par vol. (ats/nxp)

Créé: 02.09.2015, 13h49

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.