Mercredi 19 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:51

Genève Trois détenus se sont échappés de la prison de Favra

La triple évasion a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi, de l'établissement pénitentiaire de Favra.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois détenus se sont évadés de l'établissement de détention administrative Favra, à Genève. Les faits sont survenus durant la nuit de mercredi à jeudi, indique un communiqué du Canton.

Un gardien qui devait réveiller un détenu ce jeudi matin, a constaté qu'il avait disparu. Idem pour deux occupants des cellules voisines du même étage – les détenus étant enfermés dans leur secteur, mais non dans leur cellule, durant la nuit.

Barreau scié et descente en rappel

Selon les premières constatations, le barreau d'une cellule a été scié et le grillage découpé puis tordu. Les détenus semblent ensuite être descendus en rappel, au moyen d'un drap, du premier étage jusqu'au sol, détaille le Département présidentiel genevois. Ils auraient alors escaladé les grillages d'enceinte de l'établissement. Une complicité externe est probable, selon les autorités. Pour des raisons encore indéterminées, les alarmes ne se sont pas déclenchées.

Les trois fuyards, originaires du Maroc et d'Algérie, sont âgés de 22 à 35 ans. Ils étaient incarcérés à Favra depuis quelques semaines en vue de leur renvoi. Aucune autre information ne sera donnée en l'état, précise le Canton. (Le Matin)

Créé: 17.05.2018, 13h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.