Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 19:39

Insolite Un apéro pour parler de sexe

Deux sexologues vaudoises ont lancé des apéros à Lausanne pour parler de sexualité. Elles proposent d’aborder les sujets qui peuvent gêner de manière décomplexée.

Entre petits-fours et boissons, l’«ApéroSexo» a pour but de libérer la parole sur tout ce qui a trait à la sexualité. Image: Julie Bianchin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Quand la fesse rencontre la main.» C’est le nom du prochain «ApéroSexo», qui aura lieu jeudi. Le concept est simple, «on boit, on mange et on parle de sexe», résume amusée Romy Siegrist, psychologue diplômée et sexologue. Avec sa collègue, Zoé Blanc-Scuderi, elle organise depuis le mois de décembre ces apéros. Ils ont lieu deux fois par mois, à Sexopraxis. Un centre pluridisciplinaire qui propose des thérapies et des activités autour des sexualités, des couples et de la périnatalité.

Pour briser la glace

«Nos apéros n’ont pas de visées thérapeutiques, même s’ils peuvent être un premier pas vers une consultation», souligne Romy Siegrist. L’apéro permet de briser la glace. Et ça marche, confirment les deux collègues. Joindre l’utile à l’agréable: l’apéro qui parle de sexe, encadré par des pros.

Pendant la discussion, les organisatrices essaient de laisser de côté leur rôle de sexologues, pour prendre celui de modératrices. «Nous garantissons que les échanges soient conviviaux, respectueux et dirigeons le moins possible la discussion.»

Si les titres jouent sur la légèreté et l’humour, comme «Je t’aime rectal-verso» ou «Le tour du monde en 80 baisers», ils ne reflètent pas forcément l’angle du thème abordé. «Un titre qui donne envie, mais une discussion dont le ton dépend des personnes présentes», préviennent les deux collègues. Pour ces thérapeutes, «le but est d’offrir un espace d’échange, et surtout qu’au fil de la soirée les gens se rendent compte de la richesse des manières de vivre la sexualité».

En pratique, les apéros se limitent à une dizaine de personnes, et coûtent entre 20 et 30 fr. Les petits-fours sont faits maison et s’accompagnent de boissons. Les deux sexologues voulaient recréer l’ambiance des apéros. «Pour ne pas attendre d’être ivre au milieu de la nuit pour parler de sexe», explique Romy Siegrist.

Si certains thèmes ou dates fonctionnent mieux que d’autres, les deux thérapeutes tirent un bilan positif de leurs «ApéroSexo». Certains sont déjà devenus des fidèles du rendez-vous. Les participants – entre la vingtaine et la cinquantaine – viennent de tous horizons, «quelle que soit la situation de couple ou l’orientation sexuelle». Une manière aussi pour les deux thérapeutes de faire connaître leur centre, et que les discussions sur les sexualités se libèrent et avancent.

Créé: 12.06.2018, 10h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.