Mercredi 16 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:15

Sciences Un robot antilope suisse veut bondir sur la Lune

Un robot sauteur zurichois conçu pour l’exploration en basse gravité est actuellement testé aux Pays-Bas.

SpaceBok est inspiré des springboks, ces antilopes africaines célèbres pour leurs sauts.

SpaceBok est inspiré des springboks, ces antilopes africaines célèbres pour leurs sauts. Image: SpaceBok

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Spirit, Opportunity, Curiosity: ces robots déployés sur Mars ont bien travaillé. Mais ils ne peuvent pas atteindre certains endroits et risquent de rester bloqués sur un terrain sablonneux ou escarpé ou encore dans un cratère. C’est à partir de ce constat qu’est née à Zurich l’idée de développer SpaceBok, un robot qui fait des sauts de cabri. Ou pour être précis de springbok, l’antilope africaine célèbre pour ses bonds.

Les chercheurs suisses de l’école polytechnique zurichoise ont également noté que les hommes qui se sont posés sur la lune avaient naturellement adopté les sauts comme moyen de déplacement. L’équipe du doctorant Hendrik Kolvenbach a donc conçu le robot quadrupède SpaceBok.

Des sauts de deux mètres

L’«animal» sait marcher, et donc enjamber des obstacles. Et sauter. Mais sur terre il s'élève de quelques centimètres seulement. Car le robot antilope a été créé pour faire des bonds sur des corps à faible gravité comme la lune, mars, ou des astéroïdes. Sur la lune par exemple, il devrait théoriquement être capable de faire des sauts de deux mètres de haut.

Tout cela est bien joli. Mais comment tester les capacités du robot sauteur alors qu’on ne peut pas reproduire une gravité moindre sur terre? En changeant de dimension et en effectuant des bonds à l’horizontale, ou presque. L’Agence spatiale européenne (ESA) collabore avec les créateurs de SpaceBok. Or l’ESA possède ce qui intéresse les chercheurs zurichois: son Centre européen de technologie spatiale (ESTEC), basé à Noordwijk, aux Pays-Bas. L’équipe du robot sauteur y est actuellement a communiqué l’agence spatiale.

Là, les capacités de SpaceBok sont testées. Le robot est fixé sur une plateforme flottante posée sur un plan (légèrement) incliné. En variant l’inclinaison, les chercheurs peuvent tester les bonds avec différentes gravités. La principale difficulté, expliquent les chercheurs, c’est la réception du saut, pour qu’il se déroule sans casse et que SpaceBok ne soit pas déséquilibré.

Une reconstitution d'un bond de SpaceBok sur le plan incliné.

Alors, quand verra-t-on une antilope suisse robotisée explorer la lune ou Mars? Le projet n’est pour l’heure qu’en développement: aucune date n’a été articulée.

En attendant, il faut bien se détendre un peu. Outre leurs sérieux tests, l’équipe zurichoise s’est amusée à utiliser son robot pour recréer une sorte de Pong, l’antique et célèbre jeu vidéo. Voilà ce que ça donne.

Créé: 10.07.2019, 06h49


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.