Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 13:20

Editorial Une vague violette va converger sur Berne ce vendredi

Défilé de poussettes et draps géants, la Place fédérale va être prise d'assaut par les femmes de Suisse le 14 juin. Autant pour la grève que pour la fête. Et tant pis pour les grincheux.

Le 14 juin, la Place fédérale va connaître un nouvel épisode marquant la longue lutte des femmes pour faire reconnaître leurs droits. Comme il y a cinquante ans, lors du vote sur le suffrage féminin, certains n'y voient toujours pas l'intérêt...

Le 14 juin, la Place fédérale va connaître un nouvel épisode marquant la longue lutte des femmes pour faire reconnaître leurs droits. Comme il y a cinquante ans, lors du vote sur le suffrage féminin, certains n'y voient toujours pas l'intérêt... Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus que trois jours avant ce 14 juin tant attendu, 28 ans après la date mémorable du 14 juin 1991. Vendredi, la capitale helvétique sera le centre d’attention de plusieurs manifestations. Dès neuf heures, des participantes vont coudre morceau après morceau des tissus carré de 81,5 cm reliés à un drap «mère» de 64 m2 pour représenter un patchwork de la diversité des femmes. Dans la matinée un cortège de poussettes partira de la Fosse aux ours en faisant le tour de Berne avant de se retrouver sur cette même place.

A 11 heures, l'appel général

Cela suffira-t-il à troubler la quiétude des parlementaires qui siègent au Palais fédéral ? Ce jour-là, seul le Conseil national travaille jusqu’à 13 heures. Une pause symbolique est prévue à 11 heures, dite l’heure des «mamans», où l'appel à la grève résonnera dans toute la Suisse. Ici le conseiller national Andreas Glarner (UDC/AR) a de nouveau fait parler de lui. Dans une motion d'ordre, il voulait supprimer cette pause incompatible avec le travail du Parlement, sans succès autre que dans son groupe et en parvenant à drainer deux voix du PLR.

Brouettes contre poussettes ?

Cette tentative montre, si besoin est, à quel point une certaine droite tient en piètre estime cette journée. Plutôt que de vouloir s'attaquer à un quart d’heure de pause, ces patriotes patriarches pourraient répondre par une contre-manifestation, sous forme de défilé de brouettes pour montrer de quel côté est la force! Il est frappant de constater que depuis le suffrage féminin en 1971, qui aura 50 ans dans deux ans, la Suisse alémanique rurale est toujours fortement marquée par une mentalité qui ne cède rien au fil des générations à la cause féministe.

Une grève pour tous ?

Il ne faut pas sous-estimer la peine de ceux qui vont se faire traiter en cette fin de semaine de «gros lourd» ou de «macho», la confrérie des misogynes d’Appenzell Rhodes Intérieure, les compagnons de la culotte amidonnée de Zoug ou le cercle des cireurs de bottes militaires de Winterthur. Tous ces hommes qui sont la cible des féministes ont droit aussi à leur jour de congé pour aller à la pêche, visiter les installations de l’armée, jouer aux cartes ou aller faire un tour avec leur chien pour faire baisser cette pression lancinante qui pèse sur leurs mâles épaules.

Créé: 11.06.2019, 13h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.