Mardi 18 décembre 2018 | Dernière mise à jour 15:13

Suisse Unia veut mieux protéger le personnel de vente

Le syndicat sonne l'alarme: le personnel employé aux caisses en self-service doit accomplir toujours plus de tâches en moins de temps.

La numérisation des caisses des supermarchés a des conséquences pour les employés.

La numérisation des caisses des supermarchés a des conséquences pour les employés. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stress accru, multiplication des tâches, détérioration du contact avec la clientèle: les employés souffrent de la numérisation des caisses des supermarchés. Unia exige une revalorisation salariale et une meilleure protection du personnel.

Le personnel employé aux caisses en self-service doit accomplir toujours plus de tâches en moins de temps, selon une étude de l'Université de Berne, présentée jeudi par le syndicat Unia. Il doit notamment assurer le contrôle et la surveillance, ce qui n'a plus grand-chose à voir avec le métier de la vente.

Le stress augmente et le contact avec les clients devient plus difficile. Les longues périodes de travail debout entraînent des douleurs physiques. «Les innovations techniques doivent aussi se traduire par une revalorisation des conditions de travail et des salaires», a souligné devant les médias à Berne Anne Rubin, responsable du commerce de détail pour Unia.

Pas des agents de sécurité

Le syndicat réclame une meilleure protection de la santé du personnel. Certaines personnes travaillent jusqu'à huit heures d'affilée aux caisses automatiques. Il faut des remplacements plus fréquents, c'est-à-dire des tranches de trois heures au maximum, réclame Unia.

Les employés du commerce de détail souhaitent également être mieux protégés contre les agressions, selon les résultats de l'étude, basée sur une dizaine d'entretiens avec des employés de Coop et Migros. Le rôle du personnel de caisse n'est pas d'effectuer des tâches de sécurité. Il n'est ni habilité, ni formé à le faire, relève Anne Rubin.

Les grands distributeurs doivent s'engager pour des horaires plus prévisibles, réclame également Unia. La règle de 14 jours pour la planification doit être respectée. Les systèmes de self-scanning doivent servir à améliorer l'organisation du travail et à réduire la fragmentation des horaires.

Extrême flexibilité

La précarité, les contrats à l'heure, à temps très ou trop partiel, l'extrême flexibilité, le manque de formation et de perspectives professionnelles caractérisent le domaine des caisses, où travaillent essentiellement des femmes, résume Unia. Selon la présidente du syndicat Vania Alleva, cette évolution est préoccupante. Le nombre d'emplois précaires est en augmentation.

Les postes à plus de 50% font quasiment figure d'exception. Coop et Migros doivent montrer l'exemple dans l'amélioration des conditions de travail et des salaires, en particulier pour les femmes, affirme la présidente d'Unia Vania Alleva.

Besoin de formation ciblée

A ses yeux, la numérisation peut constituer une chance si les employés sont associés au processus de changement et à l'introduction de nouvelles technologies. Et surtout si tous bénéficient d'une formation professionnelle et continue ciblée. Or, «l'ensemble du système de formation est trop inerte pour suivre le rythme du changement», constate un employé interrogé dans l'étude.

Bien qu'en Suisse, il n'existe pas encore de supermarché entièrement automatisé, la numérisation dans le commerce de détail progresse très rapidement. Selon plusieurs études, 60% des consommateurs dans les magasins utilisent déjà des appareils numériques.

Coop et Migros, les deux géants de la branche, possèdent ensemble déjà plus de 4000 caisses de self-scanning dans toute la Suisse qui génèrent entre 20 et 40% du chiffre d'affaires.

Parallèlement, les entreprises de la branche économisent au niveau du personnel, car le nombre d'emplois a lentement mais constamment diminué depuis les années 90, note l'étude. Le secteur du commerce de détail compte environ 240'000 équivalents plein temps, soit quelque 323'000 employés. (ats/nxp)

Créé: 11.10.2018, 11h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.