Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 16:41

Humeur Quand l'USAM se moque des femmes de ce pays

L'Office fédéral de la statistique démontre que l'écart de salaires entre hommes et femmes a progressé en 2016. L'USAM constate qu'il «se résorbe». La mauvaise foi est-elle une qualité suisse ?

D'une année à l'autre, les écarts salariaux en défaveur des femmes semblent stagner autour de 20% de moins pour madame. Environ la moitié de cette différence n'est explicable que par le fait que c'est un salaire de femmes. L'USAM minimise cette réalité.

D'une année à l'autre, les écarts salariaux en défaveur des femmes semblent stagner autour de 20% de moins pour madame. Environ la moitié de cette différence n'est explicable que par le fait que c'est un salaire de femmes. L'USAM minimise cette réalité. Image: istock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Office fédéral de la statistique (OFS) a publié jeudi ses statistiques sur l'évolution des écarts salariaux en Suisse en 2016 en les replaçant dans leur évolution. Le fait est qu'il n'y a pas d'amélioration notoire depuis des années autour d'un cinquième de moins pour madame. Au contraire, puisque de 2014 à 2016, les inégalités ont légèrement remonté de 19,5 % à 19,6 %. D'autre part, près de 43 % de ces différences restent inexpliquées. Si ce n'est par le fait que le salaire est versé à une femme et non à un homme.

Réagissant à cette publication, l'Union suisse des arts et métiers (USAM) crie victoire: «Les différences de salaire entre les femmes et les hommes ont tendance à se résorber. Près de 60 % des écarts sont explicables, comme le constate l'Office fédéral de la statistique. Les chiffres montrent aussi que, dans les branches des arts et métiers, les disparités salariales sont moins importantes que dans la moyenne. Du point de vue de l'USAM, la situation n'appelle aucune mesure régulatrice.»

72 francs de plus

Si l'on regarde un peu plus spécifiquement les chiffres de l'OFS, l'interprétation de l'USAM est pour le moins suspecte: «La part inexpliquée de l’écart salarial entre femmes et hommes représentait 657 francs par mois en moyenne en 2016, contre 585 francs en 2014», note l'office fédéral. Soit une augmentation de 72 francs. La «tendance à se résorber» n'est pas très claire!

Davantage dans les PME

L'OFS constate aussi: «C'est dans les petites entreprises que la part inexpliquée des différences de salaire est la plus marquée. Elle est de 60,9% en moyenne dans les entreprises de moins de 20 emplois.» C'est-à-dire le profil d'une quantité de PME affiliées à l'USAM...

La bonne foi à l'épreuve du politique

A la base, l'USAM est une institution tout à fait honorable de ce pays qui prend la défense des intérêts des PME. La très grande majorité des patrons sont des gens de bonne foi. En tout cas, l'on présuppose comme qualité de toute entrepreneur d'être de bonne foi, en particulier de ne pas biaiser sciemment la réalité des choses et encore moins les chiffres.

Il est donc regrettable d'avoir à sa tête des personnalités, en l'occurrence le président Jean-François Rime (UDC/FR) et le directeur Hans-Urlich Bigler (PLR/ZH), qui abusent de mauvaise foi quand la réalité ne va pas dans le sens qu'ils souhaitent. C'est encore plus regrettable lorsqu'il s'agit de réduire les écarts salariaux inexpliqués entre les hommes et les femmes, qui demeurent une injustice lancinante dans ce pays.

Comme on le verra bientôt lors de la grève des femmes du 14 juin! (Le Matin)

Créé: 01.02.2019, 09h54

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.