Dimanche 8 décembre 2019 | Dernière mise à jour 09:30

Bâtiments Le Valais n'est pas prêt pour un séisme de grande ampleur

Alors que plus de 200 secousses ont fait trembler le canton début novembre, les autorités s'attendent à un événement plus important dans le courant du siècle. Mais une large partie du parc immobilier ne semble pas en mesure d'y résister.

Un séisme majeur dans la région de Sion: un scénario pas improbable aux conséquences lourdes.

Un séisme majeur dans la région de Sion: un scénario pas improbable aux conséquences lourdes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Près de 800 morts, 1600 bâtiments détruits et 119 000 sans-abris. Ce sont les conséquences auxquelles s'attendent les autorités valaisannes en cas de séisme de magnitude 6,5 en plaine entre Sion et Sierre, rapporte ce jeudi «Le Nouvelliste». Et si ce scénario extrême peut statistiquement se produire tous les 475 ans, un séisme de magnitude plus faible, avoisinant les 6, est lui probable dans les prochaines décennies.

Pour s'y préparer, le canton s'est inspiré des dispositifs mis en place lors des derniers sinistres qui ont secoué l'Italie, au premier rang desquels le tremblement de terre de L'Aquila, en 2009. Que ce soit dans l'intervention en terrain difficile d'accès ou dans la préparation des habitants en prévention d'une catastrophe.

Reste que si le Valais semble au point dans la réaction, c'est l'avant-séisme qui demeure préoccupant, notamment du côté du parc immobilier cantonal.

Normes parasismiques

Selon «Le Nouvelliste», seulement 10 à 20% de ce dernier est «assurément» aux normes parasismiques, dont un contrôle de la mise en application a été instauré en 2004. Mais 80 à 90% des bâtiments cantonaux ont été construits avant cette date, explique un expert en génie parasismique au quotidien valaisan. «Ça ne veut pas dire que ces constructions vont s’effondrer à la moindre secousse, mais seulement que nous avons des doutes sur leur résistance», nuance-t-il.

Selon le Concept cantonal préparation et intervention en cas de tremblement de terre (COCPITT), il faudrait «pas moins de trois générations» pour que l'ensemble du parc immobilier valaisan soit apte à résister à un séisme majeur. En attendant, les autorités ont mis la priorité sur les bâtiments publics, et notamment ceux à forte concentration de personnes et ceux exerçant une fonction vitale, comme les hôpitaux.

Autonomie communale

Si ces édifices cantonaux de haute importance ont tous été «traités et analysés», ce n'est pas le cas des bâtiments dont le canton est locataire et dont la mise aux normes ne relève pas de sa compétence, rapporte «Le Nouvelliste». Comme c'est le cas par exemple avec les écoles communales.

Et il en va de même pour les constructions privées. «Communes et privés sont responsables de leurs constructions. Mais la loi n’impose pas de mettre aux normes les bâtiments anciens, sauf en cas de rénovation», explique l'architecte cantonal Philippe Venetz au quotidien valaisan.

J.Z

Créé: 21.11.2019, 17h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.