Samedi 28 mars 2020 | Dernière mise à jour 22:09

Passion Un Vaudois fabrique des surfs... en bois

Un architecte vaulis s'est lancé dans la fabrication de planches de glisses plus écologiques que les habituels accessoires de ce sport. Elles sont en bois.

Sébastien Meylan.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Architecte vaudois passionné de surf, Sébastien Meylan s'est lancé dans la construction de planches en bois. Le trentenaire installé à Le Vaud (VD) compare ses créations à des instruments de musique qui «résonnent» différemment par rapport à un surf ordinaire.

Comme les planches en bois sont vides, «elles n'ont pas la même sonorité dans l'eau qu'une planche en mousse classique. Elles sont plus vivantes», raconte Sébastien Meylan, interrogé par Keystone-ATS. Il relève aussi que ses surfs sont plus écologiques que ceux produits avec des matériaux habituels (pain mousse polyuréthane et autres dérivés du pétrole).

Si les surfs du Vaudois sont plus chers - environ 1200 francs pièce - que les planches traditionnelles, ils sont bien plus résistants. Il explique aussi que les planches en bois ont un comportement «presque similaire» sur l'eau, sans être beaucoup plus lourdes que les autres surfs.

«Le gros de mon travail consiste à alléger au maximum mes planches», raconte-t-il. Celles-ci sont fabriquées selon le principe des «hollowboards» (planches vides), une méthode qui s'approche de la construction navale. Il précise que l'élaboration d'une planche prend environ 40 heures de travail, une semaine complète en tenant compte des temps de séchage.

Activité en vogue

Formé au Portugal, Sébastien Meylan a produit douze planches pour sa première année d'activité. Il espère, à terme, en faire son métier même s'il reconnaît que le marché du surf est «encore à créer» en Suisse. Raison pour laquelle il souhaite aussi se lancer dans la construction de paddles en bois, une activité beaucoup plus adaptée aux lacs helvétiques.

A l'image de Sébastien Meylan, les «shapeurs» - le nom des fabricants de surf - sont de plus en plus nombreux à utiliser le bois, dans un souci écologique et une envie de «revenir aux sources». Une rencontre annuelle entre constructeurs européens, l'European Wooden Surfboard Meet, est même organisée depuis 2017. (ats/nxp)

Créé: 01.03.2020, 09h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.