Samedi 16 février 2019 | Dernière mise à jour 09:43

Politique Le vice-président du PS suisse trinque à la mort de Thatcher

David Roth, vice-président du Parti socialiste suisse (PS) s'est réjoui sur son compte Facebook du décès de Margaret Thatcher. L'UDC exige sa démission.

David Roth, président des JUSO, lors de l’assemblée des délégués de la Jeunesse Socialiste Suisse (JUSO) a Lausanne.

David Roth, président des JUSO, lors de l’assemblée des délégués de la Jeunesse Socialiste Suisse (JUSO) a Lausanne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je crois que ce n'est pas cynique de boire une bière aujourd'hui pour la meilleure chose qu'ait fait Maggie», a écrit David Roth, vice-président du Parti Socialiste (PS) et président des Jeunes Socialistes (JuSo) sur son profil Facebook à l'annonce du décès de la Dame de Fer.

David Roth a poursuivi en expliquant que l'ancienne Premier Ministre britannique avait désindustrialisé la Grande-Bretagne et brisé les syndicats, tout en rappelant qu'elle entretenait d'excellents rapports avec le dictateur chilien Augusto Pinochet. Margaret Thatcher est décédée lundi à l'âge de 87 ans d'un accident vasculaire cérébral.

Des propos qui ont fait bondir Marcel Omlin, parlementaire lucernois de l'Union Démocratique du Centre (UDC) qui a répliqué sur la page de l'intéressé. «Désolé, Dave, c'est sous la ceinture. Supprime ce commentaire.» Et le conseiller cantonal d'expliquer à la Neue Luzerner Zeitung que David Roth «était allé trop loin».

Permis de critiquer

Peter Schilliger, président du Parti libéral-radical lucernois, abonde en ce sens. «Les propos de Roth ne sont qu'un manque de respect et de piété.» Daniel Keller, membre UDC du parlement lucernois, va plus loin encore, exigeant une démission. «Un conseiller cantonal ne peut simplement pas se réjouir de la mort de quelqu'un».

Une démission dont ne veut pas entendre parler le principal intéressé. «Mes propos sont absolument légaux. Le commentaire doit être perçu comme une déclaration politique, comme un avis critique du legs de Margaret Thatcher», a-t-il répondu à la Neue Luzerner Zeitung.

Il maintient ses propos. «Margaret Thatcher était un personnage public qu'il est permis de critiquer, même morte. Je n'ai pas souhaité sa mort mais seulement condamné sa politique». (nxp)

Créé: 10.04.2013, 10h49

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.