Dimanche 5 juillet 2020 | Dernière mise à jour 18:51

Erstfeld (UR) Mémorial pour les victimes de placements forcés

Mercredi, un mémorial en souvenir des personnes ayant souffert de mesures de placements à des fins d'assistance a été inauguré dans le canton d'Uri.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une pierre en granit de deux mètres entourée de deux bancs en bois, face à la Reuss et aux montagnes: un mémorial a été inauguré mercredi à Erstfeld (UR) en souvenir des victimes de placements forcés. Le dossier n'est pas clos, a souligné le gouvernement cantonal.

La ministre Barbara Bär a présenté ses excuses au nom du Conseil d'Etat. De l'incertitude règne toujours sur cette «part sombre de l'histoire de l'Etat providence suisse». Les autorités veulent approfondir les recherches sur ces personnes qui ont fait l'objet de mesures coercitives telles que placements, stérilisations ou mises sous tutelle.

Seules 25 personnes du canton d'Uri ont pour l'instant demandé des dédommagements à la Confédération, qui a créé un fonds à cet effet. Or le gouvernement part du principe que le nombre de citoyennes et citoyens concernés est en réalité nettement plus élevé. Les recherches sont fastidieuses, notamment car beaucoup d'enfants uranais ont été placés dans d'autres cantons, et vice versa.

Etude mandatée

Une étude est en cours dans le canton pour recueillir les données manquantes sur les victimes de ces pratiques qui ont commencé dès le milieu du 19e siècle et ont perduré jusqu'aux années 1970. Le processus n'en est qu'au début.

D'autres lieux de mémoires ont été érigés récemment en Suisse, par exemple à St-Gall et à Coire. Le nombre de victimes dans tout le pays est estimé entre 50'000 et 60'000. Une enveloppe de 300 millions de francs a été mise à disposition pour les dédommager. Près de 9000 personnes ont déposé une demande d'indemnité à la Confédération. (ats/nxp)

Créé: 06.11.2019, 17h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.