Mercredi 14 novembre 2018 | Dernière mise à jour 11:50

Grisons Un lieu pour les victimes de placements forcés

Le canton a inauguré vendredi à Coire un monument en hommage aux personnes ayant fait l'objet de mesures coercitives aux siècles derniers.

Le nombre de victimes dans toute la Suisse est estimé entre 50'000 et 60'000.

Le nombre de victimes dans toute la Suisse est estimé entre 50'000 et 60'000. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les autorités grisonnes ont inauguré vendredi au-dessus de Coire un monument à la mémoire des victimes de placements forcés. Il y a un an, le gouvernement cantonal avait présenté des excuses officielles pour les souffrances causées.

Le nombre de personnes ayant fait l'objet de mesures coercitives à des fins d'assistance entre la fin du 19e siècle et le début des années 1980 dans les Grisons est estimé à plusieurs milliers. Une enquête scientifique n'a pas pu déterminer leur nombre exact.

Les placements forcés font l'objet d'un travail de clarification depuis quelques années, aussi bien dans les cantons qu'au niveau de la Confédération. Le nombre de victimes dans toute la Suisse est estimé entre 50'000 et 60'000. (ats/nxp)

Créé: 09.11.2018, 16h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.