Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 07:49

Etats-Unis Victorinox et armasuisse accordent leurs violons

Le litige portait sur l'utilisation de l'appellation commerciale «Swiss Military» en Amérique du Nord.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'enregistrement de la marque «Swiss Military» en Amérique du Nord est désormais du ressort d'armasuisse dans le secteur des parfumeries. L'accord confirme aussi qu'armasuisse et d'autres autorités fédérales sont autorisées à utiliser et à accorder sous licence les marques militaires.

En échange, le fabricant du célèbre couteau suisse a reçu de la Confédération une licence exclusive pour la commercialisation des articles de parfumerie «Swiss Military» aux Etats-Unis et au Canada, ont annoncé vendredi les deux parties. Cet accord crée une sécurité juridique pour l'avenir.

Renoncer à «Swiss Military»

L'Office fédéral de l'armement (armasuisse) demandait à Victorinox de renoncer complètement à sa marque «Swiss Military», utilisée et enregistrée en Amérique du Nord depuis plusieurs années. La société produisant le fameux couteau suisse a déjà enregistré la marque il y a plusieurs années.

Cela interdisait à la Confédération de conclure des contrats de licence à l'échelle mondiale avec d'autres entreprises suisses, selon le «Tages-Anzeiger». La Confédération s'est sentie flouée et réclamait à Victorinox une réparation à hauteur d'un million de francs. Le procès s'était ouvert mercredi devant le tribunal de commerce de Berne.

Mieux protéger

La Confédération a reçu comme mandat du Parlement de mieux protéger les marques ayant trait à l'armée. Le Conseil national et celui des Etats avait accepté en 2013 une motion provenant du conseiller aux Etats Thomas Minder (Indépendant/SH).

Armasuisse s'est aussi référé à une décision du Tribunal administratif fédéral du 22 janvier de cette année, indiquant que la dénomination «Swiss Military» ne pouvait être utilisée dans la catégorie «montres» que par la Confédération.

L'avocat d'armasuisse avait assuré devant le tribunal que la Confédération n'avait pas comme volonté de porter dommage à Victorinox. Il avait rappelé que celui-ci était un «partenaire apprécié et de longue date».

Propriété de Victorinox

De son côté, l'avocat de Victorinox a relevé que la marque «Swiss Army» appartenait déjà à l'entreprise. Dans un contrat de 2004 avec la Confédération, celle-ci a reconnu le droit inconditionnel à Victorinox d'utiliser la marque. De plus, armasuisse n'a pas contesté l'utilisation de l'appellation «Swiss Military» aux Etats-Unis durant de nombreuses années.

Les deux parties avaient dit être prêtes, selon une demande du président du tribunal, à prendre part à des négociations pour aboutir à un compromis. Celui-ci a finalement été trouvé vendredi. (ats/nxp)

Créé: 19.10.2018, 18h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.