Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 00:23

Vie nocturne Lausanne: videurs de boîtes interdits de fouille à l'entrée

La Ville de Lausanne essuie un revers concernant son concept pour sécuriser les nuits de la capitale vaudoise. Le Tribunal cantonal a partiellement admis le recours d'une discothèque.

Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal cantonal vaudois a partiellement admis le recours d'une discothèque. Les agents de sécurité privés ne peuvent pas faire des fouilles à l'entrée des clubs. «Une décision surréaliste», selon le municipal Grégoire Junod.

La Cour de droit administratif et public estime que la fouille de personnes, la saisie et la confiscation des armes et autres objets dangereux, ainsi que des produits stupéfiants constituent des mesures de contrainte qui font partie des missions générales de police. En l'état actuel de la législation, ces tâches ne peuvent pas être déléguées à des entreprises de sécurité privées, écrit mercredi le tribunal dans un communiqué.

Armés jusqu'aux dents

L'arrêt fait bondir le municipal lausannois en charge de la police: «cela signifie qu'il faudrait supprimer toutes les fouilles à l'entrée des festivals ou des matchs de foot. Et qu'on laisse entrer dans les clubs des gens armés jusqu'aux dents», a réagi M. Junod.

L'élu explique que près de 250 objets dangereux ont été saisis en six mois lors de fouilles effectuées à l'entrée de cinq clubs lausannois. «Ce sont des mesures efficaces, de bon sens. Et on voudrait que les agents de sécurité privés ne puissent plus rien faire, même pas de simples fouilles à l'entrée», dit-il.

Recours pas décidé

La ville ne sait pas encore si elle va recourir au Tribunal fédéral, car elle veut examiner en détail les conséquences juridiques. Sur le fond, la Cour a confirmé les limitations des heures d'ouverture de 17heures à 3 heures, avec une prolongation à 5 heures possible sous conditions, notamment en échange du paiement d'un émolument. «C'était principalement ces aspects-là qui étaient attaqués par les propriétaires de clubs», selon Grégoire Junod.

Le tribunal a aussi remis en cause les périmètres de sécurité définis aux abords des établissements de nuit. Ces périmètres à l'intérieur desquels les agents de sécurité privés peuvent intervenir «heurtent le principe de la légalité», écrit la Cour.

Pour le cas précis du recourant - le club le Buzz -, la Cour estime que le périmètre défini est trop étendu. Elle juge aussi «disproportionné» le nombre d'agents de sécurité exigés par la ville pour un établissement pouvant accueillir 200 personnes: quatre agents de sécurité le jeudi, cinq le vendredi et six le samedi. «C'était le nombre proposé par le club», soupire Grégoire Junod. (ats/nxp)

Créé: 05.11.2014, 18h55

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.