Jeudi 17 janvier 2019 | Dernière mise à jour 07:19

Hépatite Sa vie en sursis pour 83 000 francs

Pour faire une greffe du foie, il doit guérir de l’hépatite C. Mais l’assurance ne paie que 12 semaines de traitement, quand son médecin en prescrit le double. En cause: le prix.

Image: Maxime Schmid

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a contracté le virus de l’hépatite C alors qu’il avait 20 ans, probablement lors d’une transfusion sanguine. Louis Perriard, Valaisan de 52 ans, ne s’en est pas rendu compte. Douze ans plus tard, à la suite d’une douleur subite, le diagnostic est tombé. Depuis, le virus a lentement dégradé son foie, touché aujourd’hui par la cirrhose et le cancer.

Une greffe du foie est vitale. Il est d’ailleurs sur la liste d’attente. Mais, avant, il doit guérir de l’hépatite C. Les nouveaux médicaments homologués dès 2014 en Suisse donnent des résultats positifs dans plus de 90% des cas. Son médecin à l’Hôpital du Valais lui en a prescrit deux, le Sovaldi et le Daklinza, pour un traitement de 24 semaines. Mais son assurance, une caisse du groupe CSS, ne veut payer que 12 semaines (durée usuelle de ce genre de traitement), selon l’avis de son médecin-conseil et les directives de Swissmedic.

Directive européenne plus large

Pourtant, la Plateforme suisse d’information sur l’hépatite écrit sur son site: «Selon les directives européennes, il conviendrait d’administrer aux patients de génotype 3 avec une cirrhose (ndlr: le cas de Louis Perriard ) Daklinza en association avec Sovaldi et la ribavirine durant 24 semaines.» Directives européennes, mais pas suisses…

Le fond du problème est le coût exorbitant de cette thérapie. Les deux tablettes Sovaldi et Daklinza coûtent plus de 900 fr. par jour. Pour 12 semaines, cela fait exactement 83 298 fr. 90. Le prix de ces nouveaux médicaments – l’un vendu par les laboratoires Gilead et l’autre par Bristol-Myers Squibb – a soulevé un tollé. Depuis le lancement du Sovaldi, Gilead suscite la colère dans plusieurs pays européens. L’ONG Médecins du monde (MdM) a même engagé une procédure d’opposition à son brevet. La Chine et l’Inde ne l’ont pas reconnu.

Surenchère des laboratoires

«Le coût de production de ces médicaments est très faible, environ 150 fr. par thérapie, relevait en juillet dernier, le vice-directeur de l’Office fédéral de la santé (OFSP), Oliver Peters. Mais leurs prix font malheureusement l’objet d’une surenchère.» En septembre, l’OFSP a réussi à les faire baisser de plusieurs milliers de francs, mais ils restent démesurés.

Cette surenchère met en sursis la vie de Louis Perriard: «A fin janvier, j’aurai fini les 12 semaines. Que se passera-t-il si je ne suis pas guéri et qu’il faudrait continuer le traitement? Si je ne continue pas, ce sera comme si on avait jeté 80 000 fr. par la fenêtre et je ne pourrai pas faire de greffe du foie.»

Pour l’instant, il lui reste la probabilité que son médecin traitant se soit trompé et que le médecin-conseil de la caisse et Swissmedic ait raison: après 12 semaines, il sera bel et bien guéri. Mince espoir pour une question de survie. (Le Matin)

Créé: 29.12.2015, 12h59

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.