Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 22:25

Prostitution Tout un village contre un lupanar

Les villageois se dressent comme un seul homme contre l’implantation d’une maison close destinée aux frontaliers. Mais le promoteur français a la loi de son côté.

«Je suis père de trois enfants et je me fais du souci au sujet des futurs clients de cet établissement. Quels pervers s’arrêteront au village? Et que vais-je expliquer à mes garçons? Damphreux n’a plus de magasin et j’espérais une autre affectation pour ce qui était le seul restaurant du village, en face de chez moi.
Stéphane Henry, 35?ans, mécanicien

«Je suis père de trois enfants et je me fais du souci au sujet des futurs clients de cet établissement. Quels pervers s’arrêteront au village? Et que vais-je expliquer à mes garçons? Damphreux n’a plus de magasin et j’espérais une autre affectation pour ce qui était le seul restaurant du village, en face de chez moi. Stéphane Henry, 35?ans, mécanicien Image: Laurent Crottet

CE QU’ILS EN PENSENT

«Franchement, ce projet n’est pas très rigolo. Si les citadins sont habitués à la prostitution, il n’en va pas de même dans un petit village. Du trafic, on en a déjà matin et soir. Faudra-t-il en supporter encore le soir, quand les frontaliers s’arrêteront à Damphreux avant de rentrer à la maison?»
Madeleine Forrer, 63 ans, retraitée

«L’image de Damphreux en pâtit déjà: on nous dit déjà «Hé les Damphreux: vous revenez d’une maison?»
Andy Schwarz, 18 ans, agriculteur

«Les filles vont s’asseoir dans une tenue… disons politiquement incorrecte, devant la maison où on passe en promenant les enfants. Les voir fumer dehors, ce n’est pas un spectacle qu’on veut avoir. Damphreux mérite une meilleure réputation.»
Rosine Heusler, 34 ans, enseignante

On n’est pas à Amsterdam! Ceux qui fréquentent un salon sont discrets et ne font rien de mal.
Martine Grisez, 46 ans, ancienne tenancière

Damphreux a-t-il raison de se battre?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A Damphreux, petit village jurassien de 170 habitants, 9 citoyens sur 10 ont signé une pétition adressée aux maires, aux députés et aux ministres. Tous unis contre quoi? Un salon de prostitution, selon la dénomination officielle. Un lupanar aménagé en toute légalité, perdu dans la verte Ajoie.

Recrutement en cours

Le recrutement des hôtesses bat son plein et, par petites annonces, le futur gérant annonce l’ouverture prochaine du Pin’up Club. Pour le maire Philippe Henzelin, la tranquillité et la réputation du village sont en jeu, mais le promoteur a la loi de son côté: «Il possède toutes les autorisations cantonales requises et nous n’avons rien à dire.»

A l’arrêt du bus postal, unique moyen de transport public ralliant Porrentruy, un jeune du village s’offusque: «Ce serait mieux en ville.» Un promeneur s’inquiète pour son chien: «Que va-t-il trouver dans les poubelles?» Pour trouver une voix plus conciliante, il faut aller chez la voisine directe: «Je ne suis ni pour ni contre, pour maintenir des relations de bon voisinage.»

C’est la grogne à Damphreux, car ce projet d’un promoteur français s’adresse aux clients français, les salons de prostitution étant interdits de l’autre côté de la frontière toute proche. «Ça me fait de la pub», lance le locataire, qui repeint la façade et aménage les chambres à l’étage de l’ancien Hôtel du Jura. Les citoyens espèrent un retournement de situation, mais le gouvernement jurassien peut uniquement promettre des contrôles réguliers. «La loi sur la prostitution ne permet pas d’interdire l’installation d’un salon de massage», a expliqué aux députés le ministre de l’Economie Michel Probst. Celui qui veut ouvrir une maison close n’a même pas l’obligation de s’annoncer.

Créé: 28.03.2013, 07h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.