Jeudi 9 avril 2020 | Dernière mise à jour 00:38

Agriculture Le virus de la tomate aux portes de la Suisse

Une maladie néfaste pour les végétaux mais sans danger pour l'homme est apparue en France lundi. L'Office fédéral de l'agriculture se prépare face à ce «virus agressif».

Le virus ToBRFV se propage dans le monde depuis 2014.

Le virus ToBRFV se propage dans le monde depuis 2014. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le virus de la tomate nommé ToBRFV pour «tomato brown rugose fruit virus» se rapproche de la Suisse. Il a récemment fait son apparition en Bretagne. La Suisse est pour l'heure épargnée, mais elle a pris des mesures de prévention.

La maladie, sans danger pour l'homme, est apparue en 2014 en Israël. Elle s'est depuis propagée dans toutes les zones de production de tomates, en Italie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, indique une fiche technique d'Agroscope, relayée samedi par 24 Heures et la Tribune de Genève. Le 17 février dernier, elle est apparue dans deux serres dans le Finistère.

Le virus provoque des symptômes très différents selon les variétés affectées: feuilles atrophiées, taches brunes ou jaunes ridées ou décolorations. La plupart du temps, la marchandise est invendable. En outre, il se répand très vite: une fois un plant contaminé, c'est toute la serre qui est atteinte. D'autres plantes peuvent être atteintes comme les poivrons.

Mesures rapides et efficaces

L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) s'est mis en contact avec ses partenaires européens. «Face à ce virus beaucoup plus agressif que ceux connus précédemment, nous devons prendre des mesures rapides et si possible efficaces», a indiqué Louis Sutter, responsable à l'OFAG dans les deux journaux romands.

Depuis janvier, le ToBRFV est considéré en Suisse comme un organisme de quarantaine potentiel. Il doit obligatoirement être déclaré et combattu. Tout cas suspect doit être signalé au service phytosanitaire cantonal ou au service cantonal de culture maraîchère, indique Agroscope. Des exigences sont également durcies en matière d'importation de semences et de jeunes plants. (ats/nxp)

Créé: 22.02.2020, 10h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.