Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

Suisse Walter Thurnherr défend le vote électronique

Pour le chancelier de la Confédération, en charge de ce dossier au gouvernement, l'e-voting est suffisamment sûr.

Image d'illustration.Jusqu'à présent, le vote électronique a été utilisé à quelque 200 reprises en Suisse.

Image d'illustration.Jusqu'à présent, le vote électronique a été utilisé à quelque 200 reprises en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les risques liés au vote électronique sont «raisonnables», affirme le chancelier de la Confédération Walter Thurnherr qui qualifie l'e-voting de suffisamment sûr. Le gouvernement souhaite transformer les essais effectués dans divers cantons en une opération régulière.

Pour celui qui est responsable du dossier au sein du gouvernement, le vote électronique est même plus sûr que celui par correspondance, car plus difficilement manipulable, affirme-t-il en substance lors d'un entretien publié samedi dans la Neue Zürcher Zeitung. En développant l'e-voting, la Confédération s'efforce de créer un système qui détecterait de lui-même une quelconque irrégularité, plaide-t-il.

Jusqu'à présent, le vote électronique a été utilisé à quelque 200 reprises en Suisse et rien indique que quelque chose ne s'est pas déroulé correctement, argumente encore Walter Thurnherr. Certains affirment que le système de vote développé par le canton de Genève a été piraté, mais il ne s'agit que de rumeurs, insiste-t-il.

Ces fausses assertions et les récentes manipulations électorales qui ont eu lieu à l'étranger ou via Facebook n'ont effectivement rien de rassurant pour la population, concède le chancelier. Mais il rappelle aussi que les manipulations dénoncées ont surtout affecté la formation de l'opinion publique et non le processus électoral lui-même.

Lors des votations du 4 mars, la moitié des citoyens qui avaient l'opportunité de voter électroniquement ont utilisé cette option.

Projet de loi

La Confédération compte rédiger un projet de loi visant à transformer les essais cantonaux en un système définitif adéquat. De cette manière les cantons n'auront plus à demander une autorisation pour organiser le vote électronique à chacun des scrutins.

Une procédure de consultation devrait être lancée au cours du deuxième semestre. Si le Parlement refuse la proposition, on restera dans la phase d'essai, résume Walter Thurnherr.

Récemment, en raison de préoccupations liées aux coûts et à la sécurité, les critiques envers le vote électronique ont pris de l'ampleur. Le Parlement cantonal d'Uri a clairement rejeté l'introduction du vote électronique en mars. Le conseiller national Franz Grüter (UDC/LU) a lui présenté une initiative parlementaire pour un moratoire sur le vote électronique. Il a dans le même temps annoncé le lancement d'une initiative populaire contre l'e-voting.

Lors du vote du 10 juin, environ 114'000 électeurs de toute la Suisse devraient pouvoir voter électroniquement. Ils résident dans les cantons de Neuchâtel, Bâle-Ville, Genève, Saint-Gall et Fribourg. A cela s'ajoutent environ 79'000 Suisses de l'étranger enregistrés dans les cantons de Berne, Fribourg, Lucerne, Bâle-Ville, Neuchâtel, Genève, Saint-Gall et d'Argovie.

D'ici 2019

Le Conseil fédéral souhaite que la majorité des cantons proposent le vote électronique d'ici 2019. Actuellement deux systèmes d'e-voting sont utilisés en Suisse. Celui de La Poste et celui développé par le canton de Genève, baptisé «CHVote». (ats/nxp)

Créé: 28.04.2018, 06h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.