Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 07:49

Délocalisation Wicor prévoit de biffer jusqu'à 150 emplois en Suisse

Le groupe industriel saint-gallois Wicor envisage de délocaliser en Europe une partie de sa production.

Le groupe Wicor emploie actuellement quelque 3000 collaborateurs à travers le monde.

Le groupe Wicor emploie actuellement quelque 3000 collaborateurs à travers le monde. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le spécialiste des techniques d'isolation et matériaux synthétiques prévoit de biffer jusqu'à 150 emplois en Suisse au cours de trois prochaines années.

Les coupes affecteront la filiale Weidmann Electrical Technology sise à Rapperswil, active dans les composants d'isolation électrique, a annoncé mercredi le groupe Wicor (Weidmann International Corporation). Selon un communiqué de l'organisation faîtière Employés Suisse, le site glaronais de Ennenda est aussi concerné.

Une procédure de consultation avec les représentants du personnel et les partenaires sociaux a été lancée. Les licenciements seront évités dans la mesure du possible grâce aux fluctuations naturelles, les départs à la retraite anticipée et des transferts à l'intérieur du groupe, écrit ce dernier.

Le groupe Wicor emploie actuellement quelque 3000 collaborateurs à travers le monde. Il a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 563 millions de francs, un montant quasiment stable par rapport à 2012.

L'Ukraine examinée

Comme déjà annoncé en avril dernier, la compétitivité de Weidmann Electrical Technology, spécialisé dans l'isolation pour transformateurs, souffre de la vigueur du franc. En outre, les clients s'approvisionnent toujours plus localement, pour économiser du temps et des frais de transport.

En conséquence, le groupe va maintenant développer son usine de Croatie et d'autres délocalisations sont envisagées en Europe du Nord et de l'Est. En Suisse, les réductions de postes toucheront tous les domaines, y compris les unités de gestion et de soutien, écrit Wicor, qui assure tenir à Rapperswil comme centre de développement et de production.

Employés Suisse reproche quant à lui à Wicor d'être passé à côté du virage énergétique. L'association s'étonne en outre que la direction examine la possibilité de transférer des activités en Ukraine, qui se trouve en pleine crise politique. (ats/nxp)

Créé: 19.11.2014, 18h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.