Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 03:38

Jura bernois Crémines: un zoo confiné crie famine

Véritable EMS pour animaux, le Sikypark lance un appel aux dons. Notre photographe l'a visité quelques jours avant sa fermeture au public.

235 animaux sauvés

Le 9 janvier dernier, le Sikypark indiquait avoir sauvé 235 animaux en 2019. «Ça a été une année stressante, mais sensationnelle. Dans tous les cas, le jeu en vaut la chandelle», indiquait alors le directeur Marc Zihlmann. Une lionne berbère, un tigre de Sibérie et un lynx venant d’autres zoos sont arrivés, ainsi qu'un serval issu d’une confiscation. Pas moins de 35 perroquets, mais aussi des animaux domestiques ou d’élevage émanant de particuliers, notamment deux bufflonnes d’eau, ont trouvé un nouveau foyer au Sikypark. «Nous avons trouvé notre mission, notre zoo est nécessaire», concluait le directeur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 12 mars dernier, l'idée du matin.ch consistait à réaliser une galerie de portraits au zoo de Crémines (BE), devenu au fil des ans un foyer pour animaux sauvages et domestiques, entre Moutier et Soleure. Mission confiée à notre photographe Sébastien Anex, quand le confinement n'était pas encore d'actualité.

Le Covid-19 est passé par là et le Sikypark a pris la crise sanitaire de plein fouet, le 16 mars dernier. Les visiteurs sont désormais absents, mais le travail continue pour les soigneurs.

Zéro revenu: la situation financière du zoo se détériore à la vitesse grand V, vingt mois après une rénovation payée huit millions de francs grâce au soutien de créanciers qu'il s'agit de rembourser.

Les frais de garde et de soins des animaux sont estimés à 100 000 francs par mois. Pour couvrir ces dépenses inéluctables, les responsables du Sikypark ont lancé un appel aux dons sur Facebook.

Parrain d’un animal

«Votre don ou votre contribution financière en tant que Sikyfriend, bienfaiteur ou parrain d’un animal nous aident énormément à surmonter la crise», a indiqué la direction du parc animalier. L'association compte actuellement 150 membres.

Président de Sikyfriends, Thomas Haas s'est confié à la «Solothurner Zeitung»: «Nos soigneurs se sont répartis en deux équipes de quatre, de manière à respecter les distances préconisées», a-t-il précisé.

«Les animaux sentent l'absence du public: ils y étaient habitués», remarque Thomas Haas. Le personnel regroupé autour du soigneur Marc Zihlman tente de rompre l'ennui, par exemple en cachant la nourriture.

Un dresseur nommé René Strickler

L'équipe actuelle a clôturé des années tumultueuses. Le parc zoologique s'appelait le Siky Ranch à son ouverture en 1972 par Siegfried Roos, habitant Crémines. Ensuite, le dompteur thurgovien Jerry Wegmann a contribué à sa notoriété, avant le rachat du zoo par un fauconnier, qui a laissé la main au dresseur René Strickler, contraint de déménager ses fauves, la justice fédérale l’ayant contraint de restituer un terrain loué à Subingen (SO).

Le Sikypark s'est assigné une mission: «Sauver les animaux exotiques et indigènes qui sont trouvés blessés, qui souffrent d'un mauvais élevage, qui sont confisqués par le bureau vétérinaire ou qui doivent être tués en raison de leur état de santé».

Dans un parc arborisé de 44'000 m2, les lions, les tigres et les pumas côtoient des espèces indigènes tels que les lynx, les loups, les bouquetins, mais aussi les vautours, les aigles et les hiboux. La maison de retraite permet aux félins âgés de passer la dernière partie de leur vie paisiblement.

Proches des humains

La vocation internationale du Sikypark, c’est en particulier l’accueil des animaux provenant de cirques en difficulté. Des bêtes qui ont vécu en captivité, proches des humains, et qui peineraient à survivre dans un milieu sauvage.

«L’état de santé des animaux âgés pouvant être critique, ils nécessitent beaucoup d’attention, de changement et en particulier des soins médicaux intensifs», précise le Sikypark.

Comme un père de substitution, le directeur Marc Zihlman a élevé Fredi, un petit singe capucin. Les adieux font également partie de la vie du zoo: ainsi, l’équipe a perdu deux tigres de l’ancien parc animalier de Subingen, Arisha et Rahni. Pour 2020, le Sikypark escomptait 100 000 visiteurs.

Vincent Donzé

Créé: 06.04.2020, 06h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.