Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 16:23

Culture Zurich a égaré près de 1000 œuvres d'art

La ville recherche son patrimoine manquant. Certaines œuvres sont uniques, comme une peinture de Le Corbusier, estimée à 1,5 million de francs.

La Ville de Zurich ne gère plus sa collection d'art à vau-l'eau...

La Ville de Zurich ne gère plus sa collection d'art à vau-l'eau... Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La collection de la Ville de Zurich peut être qualifiée d'imposante avec plus de 34'500 œuvres d'art. Mais certaines sont désormais introuvables. «Il manque actuellement 946 pièces», reconnaît Marc Huber, porte-parole de l'immobilier de la ville au département de la construction.

La cité de Zwingli en a fait une liste qu'elle a publiée sur son site Internet. Parmi les pièces manquantes figure notamment une peinture de Le Corbusier (1887–1965), datant de 1927, «Nature morte à la bouteille, carafe et coquetier». Valeur estimée: 1,5 million de francs, rappelle le Tages-Anzeiger.

Des pertes depuis des décennies

La ville avait acquis le tableau en 1964 pour l'exposer à la maternité de l'hôpital du Triemli avant de le déplacer dans une salle d'attente pour finalement le ranger dans une cave. D'où il a disparu, probablement dans les années 90, supposent les autorités municipales. Une plainte a bien été déposée voici une dizaine d'années mais sans succès jusqu'à présent.

Les autres pièces manquantes de la collection sont moins précieuses, mais Marc Huber estime leur valeur totale à près de deux millions de francs. Une estimation à prendre avec précaution, souligne-t-il. «Il peut y avoir des oeuvres de valeur qui n'ont pas sur le marché la même signification financière.»

Gestion laxiste

Ces pertes sont la conséquence d'une gestion laxiste durant des années. Les œuvres d'art étaient prêtées sans documentation ni notice et il n'y avait aucun contrôle. Le département de la construction a depuis resserré sa pratique, fondant un bureau spécialisé pour gérer sa collection qui applique désormais des contrôles beaucoup plus stricts.

Il a toutefois fallu attendre 2009 pour que la ville établisse son premier inventaire, alors qu'elle a commencé sa collection voici plus d'un siècle. Le renforcement des contrôles dans les immeubles détenus par la municipalité a permis de retrouver certaines œuvres considérées comme disparues. Rien qu'en 2017, ce sont six pièces qui ont été récupérées.

La ville de Berne aussi

La ville de Zurich n'est pas la seule à avoir de la peine à gérer sa collection d'art. La collection cantonale avait reconnu en 2004 qu'il lui manquait plus de 2000 œuvres d'art d'une valeur estimée à 2,5 millions de francs. Mais grâce à une politique plus rigoureuse, plus aucune perte n'a été signalée ces dernières années.

Et comme le rapporte la Berner Zeitung, la ville de Berne est confrontée au même phénomène, avouant qu'il lui manque entre 100 et 200 pièces. Une transparence que plusieurs villes et cantons ne pratiquent pas puisque certains se refusent à donner le moindre détail sur leur collection. «Les autorités se doivent d'être transparentes sinon elles donneront l'impression qu'elles cherchent à cacher de mauvaises surprises», a estimé l'expert en droit artistique Andrea Raschèr à la SonntagsZeitung.

Créé: 31.10.2017, 09h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.