Mercredi 22 novembre 2017 | Dernière mise à jour 22:09

Psychologie Se montrer généreux rend plus heureux

Accomplir des bonnes actions accroît le bien-être, selon des scientifiques, dont des Zurichois.

Image: Archives/Photo d'illustration/Tamedia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les personnes généreuses sont plus heureuses que les égoïstes. Une équipe internationale avec participation zurichoise a mis en lumière les processus cérébraux impliqués.

L'équipe de Philippe Tobler et Ernst Fehr, de l'Université de Zurich (UZH), a soumis 50 personnes à un premier test afin de les répartir en deux groupes. Le premier était qualifié de «généreux», tandis que le second servait de groupe de contrôle «égoïste».

Les participants ont ensuite été soumis à divers tests au cours desquels ils devaient décider s'ils allaient se comporter de manière plus ou moins altruiste.

Pendant ce temps, les scientifiques mesuraient leur activité cérébrale dans trois zones spécifiques. La première a trait au comportement prosocial et à la générosité, la seconde est associée au sentiment de bonheur, la troisième à l'évaluation du pour ou contre au moment de prendre une décision.

Résultats: le groupe «généreux» s'est montré comme attendu plus altruiste que le groupe de contrôle lors des tests suivants. Il s'est également estimé plus heureux après coup, ce qui n'était pas le cas avant la seconde phase de tests, a indiqué l'UZH dans un communiqué.

C'est l'intention qui compte

La mesure de l'activité cérébrale a mis en évidence le fait que la simple promesse de se comporter généreusement active la zone altruiste dans le cerveau et renforce la communication avec celle du bonheur, selon ces travaux publiés dans la revue Nature Communications.

«Il est remarquable que la simple intention génère une modification neuronale, avant même qu'elle ne soit mise en pratique», commente le Pr Tobler, cité dans le communiqué. Ainsi, il n'est pas nécessaire de faire preuve d'une abnégation totale pour se sentir plus heureux, résume le spécialiste.

Des questions restent ouvertes, note pour sa part Soyoung Park, de l'Université de Lübeck. Par exemple celles de savoir s'il est possible d'entraîner et de renforcer la communication entre les deux aires cérébrales et si l'effet persiste lorsqu'il est utilisé de manière consciente. C'est-à-dire si l'on se comporte de manière généreuse uniquement pour se sentir plus heureux. (ats/nxp)

Créé: 11.07.2017, 18h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.