Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 20:02

Portrait Pour Bertrand Piccard, «rien n'est impossible»

Tel est le mantra de celui qui tente, avec André Borschberg, le premier tour du monde à bord de Solar Impulse 2.

Solar Impulse sur Twitter


Galerie photo

En images: Solar Impulse 2 sur la route de l'exploit  (juin 2014 - mars 2015)

En images: Solar Impulse 2 sur la route de l'exploit (juin 2014 - mars 2015) L'avion solaire de André Borschberg et Bertrand Picard, va faire le le tour du monde. Les préparatifs avant l'envol de Solar Impulse 2

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Rien n'est impossible»: tel est le mantra de l'explorateur vaudois Bertrand Piccard, qui tente le premier tour du monde à bord d'un avion solaire sans aucun autre carburant, Solar Impulse 2, avec le pilote André Borschberg.

Bertrand Piccard est le rejeton d'une dynastie de pionniers: son grand-père a été le premier homme à atteindre la stratosphère à bord d'une montgolfière, alors que son père a été le premier au monde à atteindre le point le plus profond des océans.

Fasciné par les défis

Dès son plus jeune âge, Bertrand Piccard, né le 1er mars 1958, a ainsi été fasciné par les défis. Pour lui, l'odyssée d'Appolo 11, le 10 juillet 1969, avec les premiers pas de l'homme sur la lune, a été un moment décisif.

Bertrand Piccard a suivi en direct l'aventure depuis Cape Canaveral, aux États-Unis, car Wernher von Braun, l'inventeur des fusées Apollo, était un ami de la famille. Il avait invité le jeune garçon là-bas pour être témoin de ce moment historique.

«J'avais 11 ans à l'époque», raconte Piccard sur son site internet, «ce moment a été décisif dans ma vie».

«Je pensais : ces astronautes qui ont décollé pour la lune, ont un rêve et ce rêve est plus grand que la peur de l'échec, ces héros osent tenter l'impossible, ils font quelque chose qu'aucun être humain a fait avant eux, c'est le véritable esprit pionnier», raconte-t-il.

Médecin psychiatre

Né à Lausanne, sur les bords du lac Léman, Piccard a aussi été grandement inspiré par son illustre famille, son grand père Auguste et son père Jacques.

Il a été également été fasciné très jeune par l'étude du comportement humain dans les situations extrêmes, et est titulaire d'un diplôme de médecin psychiatre, passé à l'université de Lausanne.

Il a passé des brevets de pilotes pour les montgolfières, les avions, les planeurs, et a été l'un des premiers en Europe, au début des années 70 à faire du deltaplane ou à piloter des ULM.

Le 1er mars 1999, Piccard et son compagnon d'aventure Brian Jones ont entrepris depuis la Suisse le premier tour du monde sans escale en ballon et sans kérosène.

«Sortir des automatismes»

Le kérosène a été remplacé par des bouteilles de gaz propane. Le défi est réussi, et les 2 hommes atterrissent le 21 mars en plein désert égyptien.

Le tour du monde est finalement bouclé après avoir volé 19 jours 21 heures et 47 minutes sur une distance de 45'755 km.

«Chacun a des rêves, certains savent qu'on peut les réaliser et faire tout ce qui est possible pour qu'ils deviennent réalité, et d'autres ne pensent pas ainsi», ajoute Bertrand Piccard, à l'heure de la première étape entre Abou Dhabi et Mascate capitale du sultanat d'Oman en 13h et deux minutes.

«Ce qui m'intéresse dans la vie d'un explorateur, c'est que vous êtes dans l'inconnu, vous n'êtes pas dans votre environnement habituel, vous êtes obligé de trouver de nouvelles réponses à de nouvelles situations, ce sont ces moments là qui vous font échapper et sortir des automatismes», dit-il.

L'enthousiasme au service de l'environnement

Piccard, qui est également passionné par la spiritualité et l'hypnose, a écrit plusieurs livres, notamment un ouvrage donnant les clés pour une vie plus complète et équilibrée. Un de ses autres chevaux de bataille est la protection de l'environnement.

Il a récemment déclaré à l'AFP qu'il espèrait que les réalisations de Solar Impulse allaient promouvoir un usage plus répandu des énergies renouvelables.

«L'énergie renouvelable n'est plus longtemps limitée à une petite niche écologique», dit-il, elle ouvre la voie «à un extraordinaire développement pour l'industrie, pour la création d'emplois, pour conquérir de nouveaux marchés, tout en protégeant l'environnement».

Piccard espère que Solar Impulse va aider à faire passer ce message dans le monde. «Ce qu'il faut, c'est convaincre le monde politique et économique, que c'est dans cette direction qu'il faut aller», et pour cela il mise sur «l'enthousiasme» qu'il adore faire partager.

Voici le tour du monde tel qu'actuellement planifié par les deux pilotes Bertrand Piccard et André Borschberg:

(afp/nxp)

Créé: 09.03.2015, 20h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.