Dimanche 23 septembre 2018 | Dernière mise à jour 22:53

Ah bon? Le casque pousse à être casse-cou

A en croire une étude de l'Université de Bath (GB), se protéger la tête incite à prendre davantage de risques. Un résultat contesté.

Plus on est bardé d’équipement, plus on est enclin à se mettre en danger.

Plus on est bardé d’équipement, plus on est enclin à se mettre en danger.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cela fait des années que les instituts de prévention se battent pour que les cyclistes, entre autres, se protègent en portant un casque lors d'activités sportives. Et voilà que des scientifiques de l'Université de Bath en Grande-Bretagne viennent remettre cela en question. Ils pensent avoir démontré que plus on se protège, plus on est casse-cou.

Pour arriver à cette conclusion, l'équipe a lancé une étude comprenant 80 cobayes âgés de 17 à 56 ans. Elle les a répartis dans deux groupes, l'un portant un casque et l'autre une casquette, équipée dans les deux cas d'une caméra.

Pour éviter d'influencer les participants, les scientifiques leur ont dit qu'ils travaillaient sur les mouvements des yeux. Leurs cobayes ont été installés devant la représentation d'un ballon qu'ils devaient gonfler virtuellement sans le faire exploser. Résultat: les porteurs de casque allaient au delà des limites fixées contrairement aux porteurs de casquette. L'expérience a été reproduite trente fois avec le même résultat. CQFD pour l'équipe de Bath.

«Notre étude montre que, dans la vraie vie, les gens pourraient être enclins à prendre plus de risques et donc à être plus facilement accidentés quand ils se sentent protégés», explique le docteur Ian Walker. Qui s'empresse de rajouter que son étude n'est pas un appel à ne pas porter de casque, mais plutôt un constat comportemental.

50% de blessures en moins

Le Bureau de prévention des accidents (BPA) est perplexe. «L’expérience nous paraît un peu douteuse: le comportement à risque a été mesuré avec un ordinateur, dans une situation bien éloignée du quotidien dans le trafic routier. Pour nous, si effectivement certaines personnes ont tendance à se comporter de manière plus risquée avec un accessoire de protection, cet effet négatif s’estompe au fil du temps», explique leur porte-parole Magali Dubois.

Et le BPA de souligner que s'il ne dispose pas de chiffre absolu sur le nombre d’accidents évités annuellement grâce au casque, il estime que le risque de subir une blessure à la tête se réduit de 50% . Selon la statistique des causes de décès, en Suisse, 60% des cyclistes mortellement accidentés meurent des suites d’une blessure à la tête. Un résultat reproduit au niveau international.

Alors casse-cou ou pas, mettre un casque est plutôt se montrer prudent. (Le Matin)

Créé: 01.02.2016, 16h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.